Décroissance volontaire contre Décroissance inéluctable

De même que certains arrivistes ont détourné à leur profit, et avec succès, la science écologique pour en faire une plate-forme servant leurs intérêts politiques, d’autres imaginent de s’approprier le substantif grammatical « décroissance » pour fonder un projet culturel apte à promouvoir leur image médiatique. Bien que dissemblables en termes de vision sociétale et de stratégie politique, les écolopolitistes et ceux qui insistent pour se faire dénommer les décroissants se retrouvent néanmoins à l’identique dans le domaine du détournement sémantique. Certains observateurs ont déjà expliqué, traité et commenté, dans différents textes et ouvrages, comment les premiers avaient réussi à confisquer la science écologique au profit d’une action politicienne mercantile, justifiant ainsi le terme adapté d’imposteurs. Cette forfaiture, outre qu’elle a dépossédé de leur expertise les véritables praticiens de cette science non exacte que sont les écologues, a créée par ailleurs un regrettable précédent d’utilisation abusive d’un terme neutre à usage de propagande partisane.

Les autodénommés décroissants ne sont pas en reste avec cette extension de langage, puisqu’ils récupèrent à leur compte un terme neutre du dictionnaire, « décroissance », nom commun féminin désignant « état de ce qui décroît », issu du verbe décroître signifiant « diminuer progressivement ». Au sein de cette mouvance, le terme décroissance ne signifie donc plus la constatation objective d’un état qui décroît, mais la volonté délibérée de faire décroître un état. En pointant ce large distinguo, il ne s’agit pas de pinailler avec l’utilisation de la langue française pour le simple plaisir de la polémique, mais, bien au contraire, de mettre en évidence deux visions radicalement différentes de la décroissance. En effet, en l’absence de constatation objective d’une décroissance économique visible à l’œil nu, la référence à son ectoplasme peut recouvrir deux pensées fort distinctes :

  1. Pour les usurpateurs du mot « décroissance » : considérer que la société croissante actuelle est mauvaise pour le bonheur de l’homme, donc qu’il faut installer une autre société , qui, elle, sera décroissante. Le chantier consiste alors à convaincre le maximum d’individus de changer leur mode de vie dès maintenant, et, conjointement, militer pour l’adoption de mesures législatives étatiques destinées à conduire de façon délibérée l’économie sur la voie de la décroissance.

  2. Pour les utilisateurs objectifs du mot « décroissance » : considérer que la société croissante actuelle (qu’elle soit bonne ou mauvaise pour le bonheur de l’homme selon le ressenti des uns et des autres), est condamnée quoi qu’il en soit, et de par la simple application des lois physiques, à décroître très prochainement. Et ajouter, en outre, que la décroissance est déjà en marche mais que ses effets sont encore invisibles à l’œil nu. Le chantier consiste alors à prévoir dès maintenant les meilleures conditions à mettre en place pour s’adapter à cette décroissance inéluctable lorsqu’elle surviendra.

On constate que ces deux paradigmes sont assez éloignés l’un de l’autre, bien que s’appuyant tous deux sur le terme « décroissance ». Mais, grâce à leur activisme médiatico-politique, les tenants de la première option prétendent être les seuls à pouvoir se faire entendre et pensent donc avoir définitivement acquis la paternité du mot décroissance dans l’esprit commun. Ainsi, par la magie de la communication, la décroissance devient le synonyme absolu de décroissance volontaire, reléguant aux oubliettes celui de décroissance inéluctable.

Le journal Demain La Décroissance, a été créé pour faire entendre, bien haut et bien fort, la voix de tous ceux qui sont convaincu de l’inéluctabilité la survenue d’une décroissance économique et travaillent sans relâche à démontrer la réalité de cette théorie par le raisonnement scientifique et les chiffres avérés. Le débat entre les deux décroissances, décroissance inéluctable ou décroissance volontaire (ou si l’on préfère entre décroissance réelle et décroissance imaginaire) pourrait paraître sans grand intérêt (puisque, dans un cas comme dans l’autre, la civilisation industrielle serait promise au déclin) si l’étude attentive du discours des décroissants volontaires ne montrait pas effectivement certaines tendances fâcheuses à l’impérialisme culturel, à la dérive étatique et, tout comme les écologistes qu’ils critiquent, au totalitarisme politique. Car le plus grave, chez les « décroissants volontaires », c’est leur certitude d’avoir raison pour les autres et de connaître parfaitement la vraie recette du bonheur humain. Leur slogan « leur récession n’est pas notre décroissance » témoigne de cet état d’esprit détestable qui attribue arbitrairement un pronostic péjoratif à la décroissance inéluctable (appelée « récession » pour faire plus repoussant), alors que leur décroissance volontaire est supposée apporter la Joie de vivre (sous–titre permanent d’un journal activiste et figure de proue de cette mouvance). En fin de compte, leur prosélytisme s’appuie sur une option plus culturelle que physique. Tout porte à penser, d’ailleurs, qu’ils ne sont pas réellement convaincus de l’inéluctabilité du déclin économique et que, pour cette raison, le démantèlement forcé de la société de consommation leur semble le seul moyen de parvenir à l’état décroissant.

La répudiation de la société de consommation dans la pratique individuelle de la vie courante est une démarche éminemment respectable pour celui qui la pratique réellement mais elle ne constitue aucunement un modèle irréfutable de vertu du comportement au titre du Bien-de-l’Humanité. A contrario, les arguments en faveur de la civilisation industrielle sont nombreux (ceci est un autre débat, par ailleurs fort intéressant) et son modèle culturel consumériste n’est pas forcément plus horrible que celui de la société décroissante volontaire faisant l’éloge permanent de la pauvreté généralisée.

Mais finalement, pourquoi mettre tant d’acharnement à vouloir imposer, tout de suite et pour tous, une société frugale décroissante alors que, manifestement, l’écrasante majorité des humains n’en veut pas ? Pourquoi ne pas attendre la décrue naturelle (qui est d’ailleurs déjà amorcée bien que l’œil non averti ne le perçoive pas encore) dont le caractère à coup sûr progressif nous permettra de faire les ajustements nécessaires au fur et à mesure de son évolution. C’est faire preuve d’une grande méconnaissance de l’histoire et de la nature humaine que de croire que l’homme peut déclencher lui même et maîtriser les bouleversements civilisationnels. La principale qualité de l’espèce humaine est l’adaptation, c’est d’ailleurs ce qui la distingue des autres espèces animales et la préserve, dans une certaine mesure, d’une extinction prématurée (qui surviendra quand même un jour, soyons-en certain !). Par contre son pouvoir de création sociétale reste à prouver et ne peut germer que dans les cerveaux théoriques de professionnels du raisonnement universitaire.

Il nous paraît nécessaire de parler de l’autre décroissance, celle qui est déjà en marche  à l’insu du plein gré de la majorité de nos contemporains et qui, de fait, se chargera bientôt de stopper net le discours des décroissants volontaires! En effet, hormis quelques pays émergents, qui, malheureusement pour eux, verront leur croissance anachronique fauchée en plein vol par la déplétion des ressources naturelles, le reste du monde est en train de connaître ses dernières années de croissance positive, même en faisant abstraction de la secousse sanitaire dont l’incidence sur le PIB résulte que de son caractère d’externalité négative de la croissance et pas d’un d’un effet précoce de la décroissance inéluctable.

Ainsi, nous sommes un certain nombre à penser que la décroissance inéluctable est la seule décroissance crédible, la vraie décroissance en quelque sorte. Nous pensons également que cette décroissance, qui ne serait d’ailleurs pas la première dans l’histoire de l’humanité (Egypte ancienne, Empire romain, Empire Kusana, Mayas, Ile de Pâques, etc…) peut être regardée en face, traitée comme une évolution historique de l’humanité et, pourquoi pas, porteuse de libération des forces vives de l’individu prenant définitivement le pas sur l’étouffement par un Etat-Tout-Puissant capitalistique et croissanciste. Demain, c’est sans doute la fin de la croissance, mais certainement pas la fin du monde !….

 

A propos de Christian Laurut 77 Articles
Chercheur indépendant en organisation sociétale

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*