VIDEO : Thèmes de campagne

Video-chronique hebdomadaire du 17/08/2021 (durée : 15 mn)

Texte intégral de la vidéo :

Vous êtes déjà un certain nombre à suivre mes rendez-vous du mardi à 20h30 en direct sur internet et suivis d’un échange avec les participants qui le souhaitent. Ces premiers RDVs vous ont été présentés sous forme de conférences traitant de façon approfondie des thèmes fondamentaux de l’organisation sociétale actuelle et posant les bases théoriques des idées que je développerai au cours de ma campagne pour l’élection présidentielle de 2022.

Avec la rentrée de septembre, ces RDVs du mardi, ces « chroniques du candidat de la décroissance réelle » vont entrer dans une phase plus opérationnelle et se présenter sous forme de chroniques de 20 minutes environ, toujours suivies d’échanges avec les internautes.

Un enregistrement sera naturellement diffusé dès le lendemain afin que tous ceux qui n’ont pu assister au direct puissent découvrir la vidéo intégrale de la chronique, sur différents supports de communication, et notamment sur :

  • le site internet du Parti pour l’après croissance dont je suis le candidat désigné
  • le site internet du webjournal « Demain La Décroissance »
  • mes supports personnels tels que mon site internet : christianlaurut.com , ma chaîne vidéo youtube et ma page Linkedin
  • La page Facebook : Demain La Décroissance
  • ainsi que tous les autres supports qui voudrons bien relayer ces chroniques hebdomadaires sous la rubrique « Chroniques du candidat de la décroissance réelle »

Cette chronique d’aujourd’hui est consacré à la présentation de mes thèmes de campagne.

Je rappellerai tout d’abord en préambule, et cela est fondamental pour bien comprendre le sens de ma démarche, je rappellerai encore une fois que ma candidature n’est pas une candidature d’accession au pouvoir, mais, une candidature d’alerte qui, profitant de cette rare fenêtre médiatique généreusement proposée une fois tous les 5 ans par l’oligocratie au pouvoir, s’attachera à poursuivre une mission d’éducation populaire par l’intermédiaire de chroniques hebdomadaires réparties entre 5 thèmes principaux, qui sont les suivants :

1er thème : La décroissance inéluctable qui sera décliné tout au long de chroniques intitulées : Les chroniques de la décroissance inéluctable

Tout au long de ces chroniques, je m’attacherai à soutenir l’idée que la décroissance n’est pas une idéologie, ni une philosophie, ni, encore moins, une religion, mais que c’est une réalité prochaine, une évolution inéluctable quoi qu’on fasse liée à la simple application des lois de la physique dont la société industrielle a cru pouvoir s’affranchir, évolution dont la première phase est sans doute déjà amorcée mais qui n’est pas encore visible à l’oeil nu.  La date de survenue de la phase visible de cette évolution inéluctable dépendant toutefois d’un certain nombre de facteurs et, de ce fait, ne pouvant pas être fixée avec précision.

Je m’efforcerai de démontrer, chiffres à l’appui, que le système de la croissance est proche d’un état de banqueroute généralisée, c’est à dire d’une rupture fatale.

J’exposerai inlassablement les raisons qui conduisent à considérer que la question qui se pose à nous n’est pas de savoir si nous sommes pour ou contre la décroissance, mais bien plutôt de savoir comment nous allons pouvoir nous adapter au déclin inéluctable de notre système industriel, tout en évitant l’effondrement.

2ème thème : La critique de la croissance – qui sera décliné tout au long de chroniques intitulées : Les chroniques de la fin de la croissance

Ces chroniques porteront sur la critique radicale et globale de la croissance. J’y expliquerai que la société de la croissance conduit à l’échec dans pratiquement tous les domaines (notamment le domaine de l’application des lois de la physique, mais également dans les domaines comptable, financier, sanitaire, alimentaire, culturel, social, politique). De ce point de vue cette critique s’entend comme un diagnostic réel portée sur une société souffrant d’une maladie incurable : la croissance.

Autre élément revêtant une importance fondamentale : Cette critique se voudra objective et non pas subjective. Qu’est-ce que cela veut dire ?

Eh bien cela veut dire que je ne développerai pas certains types d’arguments anti-croissance du genre de :

  • je n’aime pas la croissance parce que je désire un monde,
  • je n’aime pas la croissance parce que la croissance dégrade notre vie sociale,
  • je n’aime pas la croissance parce que le monde de la croissance est absurde anthropologiquement, parce qu’il est indécent socialement, parce qu’il est irresponsable écologiquement.
  • …..Arguments que l’on entend ici et là dans la bouche de certains « objecteurs » de croissance

Tous ces arguments anti-croissance, tous aussi respectables les uns que les autres, souffrent néanmoins d’un grave défaut : ils sont subjectifs, c’est à dire que n’importe qui peut prétendre le contraire et qu’il n’existe aucun moyen de déterminer qui a raison et qui a tort.

Il existe par contre des critiques objectives, qui peuvent être plus difficilement contredites, ou, tout au moins, dont la contradiction peut être traitée à l’aide d’arguments rationnels. Ces critiques objectives que je développerai abondamment dans mes chroniques vidéos, sont celles-ci :

  • la croissance a voulu domestiquer la physique, mais c’est un échec (impasse physique)
  • la croissance a voulu faire du bénéfice d’exploitation, mais elle génère du déficit (impasse comptable)
  • la croissance a voulu créer un instrument magique pour échanger les biens, mais celui-ci est au bord de l’implosion (impasse financière)
  • la croissance a voulu améliorer la santé de l’homme, mais en réalité elle l’a dégradée (impasse sanitaire)
  • la croissance a voulu installer un système durable de production alimentaire pour nourrir 10 milliards d’individus, mais la faillite de ce système est toute proche (impasse alimentaire)
  • la croissance a voulu développer l’esprit humain, mais, au contraire, elle a provoqué une régression de sa capacité de réflexion (impasse culturelle)
  • La croissance a voulu mettre fin à l’histoire, mais au contraire elle a installé une situation prérévolutionnaire (impasse politique)

3ème thème : La critique du capitalisme – qui sera décliné tout au long de chroniques intitulées : Les Chroniques anticapitalistes

Ces chroniques traiteront de la consubstantialité de la croissance et du capitalisme – Au cours de ces chroniques, je m’efforcerai d’expliquer et de démontrer que le capitalisme est le fait générateur essentiel de la croissance et qu’il est l’activateur principal de sa durabilité. Ce qui, du même coup, identifiera ma critique radicale de la croissance à une critique radicale du capitalisme, capitalisme, terme amplement polysémique et galvaudé, mais dont je proposerai une définition claire et exhaustive afin de bien fixer les idées et éviter les dialogues de sourds sur ce sujet particulièrement compliqué. Ayant ainsi clairement défini les véritables fondement du capitalisme, j’exposerai les moyens de rompre pacifiquement et légalement avec lui.

4ème thème : La promotion de la démocratie directe – qui sera décliné tout au long de chroniques intitulées : Les Chroniques de la démocratie directe

De même que le capitalisme est consubstantiel de la croissance, l’oligocratie (ou si l’on préfère la démocratie représentative) est consubstantiel du capitalisme. La constatation de cette homothétie m’amènera à expliquer que le capitalisme ne peut s’exprimer politiquement qu’à travers un système qui réserve le pouvoir de fabriquer les lois, c’est à dire plus globalement toutes les règles coercitives, à un groupe restreint, une minorité de personnes représentatives de la caste des marchands et pas de l’ensemble des citoyens. Suivant le même schéma méthodologique que pour le capitalisme, j’exposerai les moyens de rompre pacifiquement et légalement avec l’oligovcratie et d’établir enfin une vraie démocratie : la démocratie directe

5ème thème : La promotion du programme pour une société de l’après croissance – qui sera décliné tout au long de chroniques intitulées : Les chroniques de l’après croissance

L’inéluctabilité de la survenue de la décroissance débouche mécaniquement sur une société de l’après croissance. Pour gérer de façon optimale cette société contrainte, je proposerai un programme, celui du Parti pour l’après croissance.

Mais , je prendrais soin de bien expliquer que ce programme ne s’adresse qu’à des citoyens déjà convaincus au préalable de l’inéluctabilité de la décroissance (ou de la non durabilité de la croissance) c’est à dire ayant déjà été convaincus par les argumentations développées dans les quatre thèmes précédents. De ce point de vue, ce programme pour une société de l’après croissance n’a pas pour objectif de chercher à convaincre, mais de proposer un schéma de travail pour la construction d’un déclin au préalable considéré comme acquis.

Je m’efforcerai de montrer que ce programme est un programme global, et complet, de révision du corpus législatif, c’est à dire de la constitution et des codes juridiques.

J’expliquerai en quoi ce programme pour une société de l’après croissance est différent des habituels programmes politiciens, dans la mesure où il n’est pas constitué d’un catalogue de mesures particulières pouvant être incorporées ici ou là dans le système actuel, mais que, à l’instar de la critique globale de la croissance, il est un ensemble indissociable, devant être considéré et débattu comme un tout.

J’expliquerai également que ce programme propose notamment un train de mesures législatives empêchant le capitalisme d’exister, ou plus exactement, un série d’abrogations de lois et règlements qui lui ont permis de naître, de se développer et d’engendrer la croissance. En bref, montrer que ce programme permet de sortir radicalement et définitivement du capitalisme en rompant avec lui.

Enfin tout au long de des vidéos je développerai une conception nouvelle de l’action politique : celle que que je dénomme : la juste analyse.

A ceux qui  m’objecteront que mon discours est trop extrémiste (ou utopique), et “qu’il ne passera jamais”, objection formulée soit par des gens tentés de me soutenir (mais freinées par ce pronostic de faible audience), soit par des détracteurs qui utiliseront ce qualificatif comme une marque de mépris, je répondrai que ma conception de la politique n’a rien à voir avec le marketing mais qu’elle est guidée par la recherche permanente de la « juste analyse ».

Et, de ce fait, mon éventuel succès ne sera pas à rechercher dans un indice d’audience ponctuelle, mais dans ma capacité à ne pas être mis en défaut dans mon argumentation par aucune critique argumentée et de bonne foi.

Je répondrai également que, contrairement aux apparence, l’utopie n’est pas de mon côté, mais plutôt du côté de ceux qui considèrent que le système actuel peut « durer » encore longtemps , voire très longtemps.

Je vous remercie et je vous donne RDV à mardi prochain à 20h30 pour une chronique de la série « Chroniques de la fin de la croissance » consacrée à l’introduction du concept d’impasse de la croissance.

A propos de Christian Laurut 77 Articles
Chercheur indépendant en organisation sociétale

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*