Evolution de l’énergie : chiffres, mensonges et politique

Le monde évolue vers plus de mensonges avec les réseaux sociaux, mais cela date de bien longtemps : on vous offre enfant « le Père Noel » (premier « fake news » de l’existence), on vous promet adulte « la croissance éternelle », et vieux « la vie éternelle ». Toutankhamon qui pensait avoir une vie éternelle avec ses trésors a fini comme momie dans un musée. Rien n’est durable sur Terre qui disparaitra un jour : il faut trouver ce qui est soutenable et non confondre les deux. Les politiciens vous promettent une croissance sans fin, vous dire laquelle. La croissance promise est celle du PIB qui est basé sur l’énergie et la population. Le charbon a commencé son pic en 2013 qui a duré jusqu’en 2019. La production de pétrole brut conventionnel a passé son pic avec un plateau 2005-2015, le pétrole dit de schiste (en fait de réservoirs compacts) n’est produit en quantité significative qu’aux Etats Unis (code minier différent) est actuellement en déclin, non à cause de la covid19 mais par manque de place pour forer les nombreux puits prévus par certains. Seul le gaz est en croissance et il est encore souvent torché quand associé au pétrole, car son prix est trop faible aux EU. Les scénarios énergétiques du GIEC conçus par des économistes, comme des histoires sans référence aux prévisions des agences de l’énergie, sont en grande majorité improbables. Les scénarios les plus récents sont de plus en plus extrémistes, en 2100 près de 10 fois le plus probable. Le mensonge est devenu la norme, aussi bien sur les chiffres que les définitions. Le mensonge est souvent l’omission des données, c’est à dire la censure (par exemple, la production des champs de pétrole et de gaz en France depuis 2016). Le contribuable français devrait pouvoir avoir accès à toutes les données (sauf secret défense) rassemblées par les fonctionnaires qu’il paie via ses impôts ! Quand pourra-t-on espérer un monde où la vérité serait la règle ?

nice2020-long-cor
A propos de Jean Laherrère 5 Articles
Cofondateur de l'Association for the Study of Peak Oil and Gas (ASPO).

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*