Pour une critique radicale de la croissance

Entreprendre une critique radicale de la croissance nécessite d’écarter les éléments subjectifs pour ne prendre en compte que les données objectives de la question posée, qui est en fin de compte celle-ci : La croissance atteint-elle son but ? Il s’agira par conséquent de mettre en évidence les échecs de la société croissanciste dans pratiquement tous les domaines (notamment le domaine de l’application des lois de la physique, et dans les domaines comptable, financier, sanitaire, alimentaire, culturel, social, politique) et de montrer que, finalement, elle échoue dans tout ce qu’elle entreprend.

La suite de cet article est réservée aux abonnés !

Pour vous abonner cliquez ici

A propos de Christian Laurut 107 Articles
Chercheur indépendant en organisation sociétale

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*