Décroissance volontaire contre Décroissance inéluctable

De même que certains arrivistes ont détourné à leur profit, et avec succès, la science écologique pour en faire une plate-forme servant leurs intérêts politiques, d’autres imaginent de s’approprier le substantif grammatical « décroissance » pour fonder un projet culturel apte à promouvoir leur image médiatique. Bien que dissemblables en termes de vision sociétale et de stratégie politique, les écolopolitistes et ceux qui insistent pour se faire dénommer les décroissants se retrouvent néanmoins à l’identique dans le domaine du détournement sémantique. Certains observateurs ont déjà expliqué, traité et commenté, dans différents textes et ouvrages, comment les premiers avaient réussi à confisquer la science écologique au profit d’une action politicienne mercantile, justifiant ainsi le terme adapté d’imposteurs. Cette forfaiture, outre qu’elle a dépossédé de leur expertise les véritables praticiens de cette science non exacte que sont les écologues, a créée par ailleurs un regrettable précédent d’utilisation abusive d’un terme neutre à usage de propagande partisane.

La suite de cet article est réservée aux abonnés !

Pour vous abonner cliquez ici

 

A propos de Christian Laurut 145 Articles
Chercheur indépendant en organisation sociétale

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*